de Mayotte

Fiche – La culture des médias

La culture des médias      

Le professeur documentaliste a parmi ces missions un rôle pédagogique lié à une culture des médias. La circulaire de missions du 28 mars 2017 précise qu’il est “enseignant et maître d’œuvre de l’acquisition par les élèves d’une culture de l’information et des médias”. Depuis 2015, un enseignement particulier est dédié tout au long du parcours scolaire des élèves : l’Éducation aux médias et à l’information (EMI).

Le professeur doit lui-même “Maîtriser les connaissances et les compétences propres à l’éducation aux médias et à l’information” MEN. Voici les points essentiels pour développer une culture des médias, à enrichir tout au long de notre activité professionnelle par une veille informationnelle, les formations académiques ou encore des formations en ligne.

 

Un média, des médias

Un média est appréhendé ici comme un moyen de transmission et de diffusion d’informations. Ces médias sont, dans un ordre d’apparition, la presse, le cinéma, la radio et la télévision. Les médias de masse ont participé à un accès aux événements mais aussi une globalisation et à une uniformisation culturelle et informationnelle car la transmission des informations se faisait de “un vers plusieurs”, sans modification possible du récepteur de l’information.

Avec Internet, les médias de masse ont adapté le format de leurs supports d’informations. Il existe même aujourd’hui de nouveaux médias d’information uniquement en ligne, appelés “pureplayer”. Internet peut être vu comme un média multimédia, c’est à dire qu’il permet de rassembler et développer des médias qui existaient déjà mais c’est aussi un méta-média car il a fait naître de nouvelles formes de médias. Avec les évolutions technologiques, l’offre des médias s’est donc élargie et l’accessibilité aux informations aussi. Les médias sociaux sont des plateformes digitales nées avec le web 2.0. Elles permettent aux internautes de produire des informations, d’interagir entre eux et avec l’information.

 

 

Liberté et pluralité de la presse  

L’information a une utilité citoyenne et sociale dans notre société. C’est la liberté de la presse qui a permis à ce média de se développer au XIXème siècle et aujourd’hui, celle-ci est à la fois soutenue et remise en cause dans de nombreux pays. Les médias permettent de s’ouvrir mais ils peuvent aussi être des instruments de propagande. Il est important pour la démocratie que la liberté de la presse, la variété de la presse et une pluralité des opinions perdurent au sein des médias. Cela permet aux citoyens de développer un avis conscient, raisonné et critique de ce qu’il se passe dans l’actualité à partir d’une confrontation des traitements de l’information et des représentations véhiculées dans les médias. Par conséquent, à titre d’exemple, les médias exercent une grande influence sur la vie politique.

 

Les productions médiatiques et leurs particularités 

Chaque média produit des contenus : articles de presse, émissions de radio, journaux TV, etc. Ces productions répondent à des choix et décisions de présentations de la réalité qui dépendent des exigences techniques et commerciales et elles ont donc leurs propres caractéristiques. Avec Internet, les formats des productions ont changé pour s’adapter notamment à la lecture sur écran et aux interactions possibles.

 

Evolution des pratiques médiatiques 

Internet a transformé les usages des médias et le public se détourne des médias de masse, pour des pratiques informationnelles plutôt individualisées. Avec l’arrivée du web social ou web 2.0, les internautes interagissent avec le contenu des médias mais aussi entre eux. Ils peuvent commenter les informations, les copier facilement, les découper et les sortir de leur contexte mais aussi les partager. Les internautes sont devenus eux aussi des producteurs d’informations. L’information est devenue modifiable, interactive mais aussi duplicable à l’infini et personnalisable. Elle perd sa notion d’autorité et retrouver sa source est aujourd’hui plus compliquée.

 

Désinformation et théories complotistes 

La fabrication et la circulation volontaires de fausses informations appelées aussi “fake news” se développent sur le web. Leurs auteurs ont des stratégies et des intérêts divers et contribuent à une propagation d’informations qui nuisent à l’information vraie en semant le doute et en la décrédibilisant. Dans cette dynamique, les théories complotistes prétendent dévoiler des manipulations officielles et révéler des vérités que les médias d’informations journalistiques dissimuleraient.

 

Médias et sources d’informations pour Mayotte

Il est important de noter que la presse nationale et internationale n’est plus distribuée à Mayotte. Malgré cela, il existe différents médias présents sur le territoire avec lesquels la population s’informe (cf. annexe 1).

 

Les médias et les élèves

Les médias participent à la socialisation des élèves et façonne aussi leur compréhension du monde. Ils sont confrontés à un flot continu d’informations sur le web et les réseaux sociaux et s’informent surtout par les vidéos courtes qui y circulent. Les pratiques pédagogiques en EMI prennent du sens lorsqu’elles s’appuient sur les pratiques des élèves au quotidien. A Mayotte, la fracture numérique est importante et beaucoup ne possèdent pas leur propre équipement ou connexion à internet. Il est rare également que les élèves aient déjà manipulé un périodique.

 

Quelles compétences travailler ?

Au collège et au lycée, les élèves doivent être amenés à devenir des citoyens éclairés, conscients des enjeux liés aux médias et à l’information. Pour cela, le MEN prévoit le développement de compétences (savoirs, savoir-faire et savoir-être) inscrites dans le Socle commun et au lycée, à travers les programmes. Les élèves doivent comprendre, développer un esprit critique mais aussi produire, créer. L’EMI est interdisciplinaire et les compétences travaillées, transversales.

Au collège, un référentiel de 27 compétences a été créé par le MEN. Sur le site Eduscol, l’EMI est définie ainsi : « Une pratique citoyenne des médias : une lecture critique et distanciée de leurs contenus et une initiation aux langages, aux formes médiatiques pour pouvoir s’informer suffisamment, s’exprimer librement et produire soi-même de l’information”. Les compétences dans les programmes sont disponibles sur Eduscol.fr.

Au lycée, il n’y a pas d’EMI à proprement parlé car le référentiel n’est mentionné que pour les cycles 3 et 4 dans les documents du MEN mais les compétences liées aux médias et à l’information se retrouvent dans les enseignements. Pour aider les enseignants, Le Centre de liaison pour l’éducation aux médias et à l’information (CLEMI) a repéré des compétences en EMI dans les programmes scolaires du lycée. Vous pouvez les retrouver sur le site Clemi.fr.  

Pour le collège et le lycée, un document appelé Parcours de formation à la culture de l’information (PACIFI) a été créé en 2010 et propose des fiches repères récapitulant des compétences à acquérir en lien avec les médias.

 

Quelles actions, séances et séquences mettre en œuvre ?

Avant tout, il est important d’apprendre aux élèves comment se fabrique l’information, le métier de journaliste professionnel ou comment l’information peut être est manipulée notamment sur le web et les réseaux sociaux. Les professeurs documentalistes apprennent aux élèves à prendre une distance critique avec les informations mais aussi à questionner leurs propres pratiques sur le web. En s’appuyant notamment sur les périodiques disponibles au CDI et sur le web, ils peuvent amener les élèves à développer un esprit critique quant aux événements médiatisés et à la hiérarchisation de l’information par les médias. Les élèveront se demanderont par exemple pourquoi un événement est-il à la une de la presse ?

Le professeur documentaliste doit permettre également aux élèves de découvrir les diverses productions médiatiques (article de presse, émission TV, radio, etc.) et leur apprendre, en respectant leurs particularités à devenir eux aussi producteurs d’informations. Pour la presse, les élèves pourront dans ce cadre découvrir la composition et la structure d’un magazine, de la Une d’un journal ou encore d’un article de presse ainsi que leur évolution sur le web et pour la radio, découvrir les différents formats d’émissions par exemple.

Enfin, il est important de connaître les mécanismes à l’oeuvre dans les théories du complot et la désinformation, et de les apprendre aux élèves.

Pour mettre en application toutes ses connaissances acquises, les professeurs documentalistes sont impliqués dans des activités de création de médias d’information : presse papier et en ligne, radio (dont webradio), blogs, etc. Ils peuvent par exemple créer avec les élèves un journal scolaire en privilégiant si possible les supports numériques.

Le CLEMI, situé à Mayotte au Lycée de Dembéni, organise l’événement national la Semaine de la presse et des médias à l’école et Médiatiks qui est un concours de médias scolaires et lycéens aux niveaux académiques.

Pour nous accompagner, de nombreuses ressources et séquences en EMI sont disponibles sur : Edubase, Lumni (ressources vidéo et audio), les plateformes académiques dédiées aux activités des professeurs-documentalistes ou les sites des médias d’informations qui proposent des outils pour repérer les fake news.